mus-Cartepost_998-5-1_1

Musée d’histoire et de société

Questionner l'histoire du temps présent Le Musée-mémorial du terrorisme fait partie de cette nouvelle catégorie de musées d’histoire et de société qui, partout dans le monde, questionne l’histoire du temps présent et sa patrimonialisation. Il s’attache à explorer les relations entre histoire, mémoire sociale et mémoire individuelle. Le phénomène du terrorisme y est appréhendé comme l’un des marqueurs de la société contemporaine.

Questionner l'histoire du temps présent

Le Musée-mémorial du terrorisme fait partie de cette nouvelle catégorie de musées d’histoire et de société qui, partout dans le monde, questionne l’histoire du temps présent et sa patrimonialisation. Il s’attache à explorer les relations entre histoire, mémoire sociale et mémoire individuelle. Le phénomène du terrorisme y est appréhendé comme l’un des marqueurs de la société contemporaine.

Qu'est-ce qu'un musée d'histoire ?

Les musées d’histoire existent en France depuis la Révolution et ont connu un premier développement au XIXe siècle avec le musée de l’Histoire de France à Versailles (1837) ou encore le musée des Souverains du Louvre (1852). Ces lieux étaient surtout consacrés à des figures régnantes. Ils se sont multipliés au XXe siècle en élargissant leur propos à d’autres thématiques que la seule histoire nationale. On compte ainsi aujourd’hui près de 600 musées d’histoire et de société qui ont l’appellation « musée de France » et possèdent des collections totalement ou partiellement consacrées à l’histoire, l’archéologie ou la préhistoire. Quatre principaux axes thématiques y sont exposés : les villes et territoires, les périodes significatives et événements marquants, les personnages illustres et les groupes sociaux. En 2019, ces établissements ont accueilli environ 15 millions de visiteurs, ce qui montre leur intérêt et leur attractivité.

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, sont apparus en France comme à l’échelle mondiale une catégorie particulière de musées d’histoire : les musées-mémoriaux. Ce sont le plus souvent des sites du souvenir (Oradour, Auschwitz, Nankin, Hiroshima, Kigali) qui ont été complétés lors de leur création ou des décennies après par des musées allant au-delà de la seule dimension commémorative pour entrer dans le registre de la connaissance et de la transmission. Ils sont le plus souvent consacrés à des événements traumatiques : les guerres mondiales, les génocides, la violence politique, l’esclavage ou encore le terrorisme, qui ont causé de très nombreuses victimes et pour lesquels existe un besoin à la fois de mémoire et d’histoire.

Ces musées se caractérisent par une muséographie et une programmation culturelle innovantes, par l’arrivée de dispositifs de médiation numérique et de réalité augmentée ou encore par la place accordée à l’art contemporain. Ils participent d’une forme de patrimonialisation de la mémoire individuelle, de la mémoire nationale ou encore d’une mémoire transnationale et universelle.

La vocation du Musée-mémorial du terrorisme est de conserver, d’étudier et d’exposer des collections d’objets ou de documents évoquant la réaction des sociétés contemporaines face au terrorisme. Cependant les problématiques qu’il aborde – histoire du terrorisme, statut de la victime, force et faiblesse des liens sociaux, fabrique de la mémoire collective – éclairent sous un nouveau jour les questions relatives aux collections, aux patrimoines matériels et immatériels, à la recherche et aux controverses, à la muséographie, à l’éducation et la médiation, à la place de la création contemporaine, au rôle d’internet et des réseaux sociaux …

Le cœur du musée

min-justice-invalides-600
© Joachim BERTRAND/DICOM/MJ

Avec les musées de nouvelle génération, le Musée-mémorial du terrorisme partage un système de valeurs où l’hospitalité, l’inclusion, l’empathie, le care sont au cœur de la mission éthique et citoyenne. Ainsi, il entend être un lieu d’attention porté aux autres, un lieu d’éducation concernant tous les domaines du vivre-ensemble, voire un espace de thérapie par la connaissance et la culture.

Le Musée-mémorial du terrorisme accorde une place importante aux victimes, aux survivants, aux blessés physiques et psychiques, aux primo-intervenants et aidants de première ligne, mais il s’adresse à tous – du public de proximité au public des touristes en passant par le monde scolaire et les territoires du travail social. Sa politique des publics répond à une triple fonction : maison commune, plateforme de connaissances et service culturel de proximité.

 

Faire face au terrorisme : l’exposition des collégiens et des lycéens
Ouverture de l'exposition : septembre 2022
Le Musée-mémorial du terrorisme et l’École du Louvre initient en coopération avec les ministères de la Justice, de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et de la Culture, un projet d'exposition co-construite avec 14 classes de collèges et de lycées, ayant pour titre : "Faire face au terrorisme".
fond-couleur-thème-francoise-rudetzki
Françoise Rudetzki, le combat d’une vie

Communiqué

Françoise Rudetzki, figure de proue de la cause des victimes du terrorisme, est décédée mercredi 18 mai. Elle est à l’origine de nombreux combats en faveur de la reconnaissance du statut de victimes du terrorisme et de leur prise en charge. Son action en faveur de la mémoire, de la justice et de la démocratie est immense.